Magazines 2017 Mar - Apr Le Christ est-il pertinent sur le plan politique?

Le Christ est-il pertinent sur le plan politique?

05 April 2017 , 2017 Mar - Apr By Patricia Paddey

Des théologiens examinent la pertinence de la foi dans la vie publique

Traduit par François Godbout. Ce texte en anglais
SHUTTERSTOCK.COM

Tout Canadien ayant un compte sur les médias sociaux et une poignée d'amis aux opinions bien arrêtées se souviendra peut-être de 2016 comme de l'année où le discours politique a atteint les bas-fonds. Pourtant, 2017 avait à peine quelques jours quand le radiodiffuseur public de notre pays nous a rappelé, pas si subtilement, que cette réalité n'est pas seulement américaine.

Une émission radiophonique nationale du matin a présenté une discussion sur la prochaine élection à la direction du Parti conservateur, mettant en vedette une équipe de stratèges politiques. Quelques minutes après le début de l’émission, l'un des stratèges invités a révélé : « Les deux émotions les plus importantes en politique sont la haine et la peur. Et si vous parvenez à canaliser ces émotions... ça peut vous mener très loin. »

La haine et la peur sont puissantes, et reconnaître que les stratèges des partis peuvent délibérément essayer de les manipuler explique beaucoup de choses sur la politique contemporaine. Mais les sentiments façonnés par les politiciens, des sentiments qui font trois petits tours et puis s’en vont, ne devraient pas être le guide principal de l'engagement politique d'un chrétien qui réfléchit.

Le Nouveau Testament enseigne clairement que la seule chose que nous devons haïr, c'est le mal, et que la seule chose que nous devons craindre, c'est Dieu lui-même. Il nous enseigne aussi que nous devons permettre à Dieu de nous transformer par le renouvellement de notre intelligence.

Alors, comment coopérons-nous pour permettre à Dieu de diriger nos choix et nos activités politiques?

L'une des meilleures ressources est la théologie - l'étude critique des idées que l’homme a de Dieu et de la relation que Dieu a avec notre monde. Une des écrivains principales de Faith Today, Patricia Paddey, s'est entretenue avec quatre théologiens et a appris qu’une saine théologie n'est pas importante seulement pour les pasteurs et les professeurs. Elle est importante pour toutes les préoccupations de chaque chrétien - y compris ses préoccupations politiques. Voici les points saillants de ces conversations.


EPHRAIM RADNER

PROFESSEUR DE THÉOLOGIE HISTORIQUE AU COLLÈGE WYCLIFFE (UNIVERSITÉ DE TORONTO)

Auteur de A Brutal Unity: The Spiritual Politics of the Christian Church (Baylor University Press, 2012)


Comment la théologie peut-elle éclairer nos réflexions et engagements politiques?

En tant que chrétiens, nous sommes appelés, où que nous soyons - que ce soit dans la sphère publique ou privée - à être informés et à vivre selon ce que nous savons être les desseins de Dieu pour la création humaine. La théologie nous aide à comprendre - par l'articulation de ce que les Écritures nous disent et comment elles s'appliquent à nos vies - quels sont les buts de Dieu pour nous en tant qu'êtres humains. La théologie est donc un outil fondamental qui peut éclairer tout ce que nous faisons.

Comment décider quels objectifs et quelles valeurs doivent guider nos décisions politiques?

Nous vivons dans une société où [les chrétiens] sont une minorité. La question est de savoir quel genre de société nous permettra de défendre nos valeurs, en privé et en public, avec le moins de riposte possible. Les chrétiens pourront-ils ordonner leur vie selon leur foi? Qui va nous laisser faire ça?

Le premier pouvoir des chrétiens dans la sphère politique est celui du témoignage. La manière dont nous vivons et ordonnons notre vie témoigne du Dieu transcendant révélé en Jésus-Christ. Notre capacité à le faire fera une différence dans la sphère publique au sens large, de sorte que notre capacité à témoigner est importante.

C’est de cette façon que l'Église primitive a changé l'ordre politique du monde. Comment les chrétiens se traitaient les uns les autres, toute la réorganisation de la vie ensemble entre riches et pauvres, veuves, esclaves - c'étaient des réalités sociales, poussées par des engagements et des compréhensions évangéliques profondes, et les gens le remarquaient. C'est de là qu'est venue la conversion. Donc, notre liberté est pour le bien de notre témoignage, pas pour notre sécurité. Les chrétiens ne devraient pas se soucier de leur sécurité.

L'un des actes politiques clés du chrétien devrait viser l'intégrité de la vie de l'Église, et non la société dans son ensemble. Nous devrions vraiment nous demander si l'Église elle-même a une vie cohérente, de sorte qu'au fil du temps et de la géographie, il existe un point de vue chrétien. De toute évidence, nous ne pouvons avoir aucun effet sur la société dans son ensemble si, en tant que chrétiens, nous ne parvenons pas à nous entendre entre nous, si nous ne nous enseignons pas les uns les autres, si nous ne sommes pas cohérents dans nos actions, etc.

Pour moi, c'est le plus grand défi politique des chrétiens aujourd'hui - une Église chrétienne intégrée, saine et unifiée. Nous n'avons pas cela, il n'est donc pas surprenant que nous ayons peu d’influence dans une société élargie.


JOHN STACKHOUSE

PROFESSEUR D'ÉTUDES RELIGIEUSES À L'UNIVERSITÉ CRANDALL

Auteur de Need to Know: Vocation as the Heart of Christian Epistemology (Oxford University Press, 2014)


Dans Need to Know, vous écrivez que les chrétiens sont appelés par notre Seigneur à penser chrétiennement. Qu'est-ce que cela signifie de penser chrétiennement sur le plan politique?

Penser chrétiennement et agir chrétiennement en politique, c'est essayer de le faire en compagnie de Jésus. Nous devrions marcher avec Jésus comme disciples, écouter Sa voix, nous efforcer de Lui plaire et d'atteindre Ses objectifs dans le monde. C'est aussi de penser comme Jésus nous a appris à penser, en particulier à travers la Bible et aussi par la sagesse de l'Église. Cela signifie qu'il faut accorder de la valeur à la Bible en tant que Parole écrite de Dieu. Cela signifie également de profiter pleinement des autres dons que Dieu nous a donnés - dans l'érudition, l'expérience, l'art et les traditions que nous avons dans nos unités ethniques et familiales, ainsi que dans nos églises particulières - et de profiter, d’abord et avant tout de l'Esprit Saint.

Deux personnes qui s'identifient comme chrétiens peuvent penser chrétiennement et avoir des idées très différentes sur la politique. Que devons-nous en penser?

Certaines personnes sont plus intelligentes que d'autres dans différentes zones. Bien que chacun d'entre nous soit seul responsable de nos décisions politiques et religieuses, il existe une véritable place pour l'expertise, et nous ne nous en rendons souvent pas compte.

Les chrétiens peuvent aussi être en désaccord parce que la politique est compliquée, et là où elle l'est, il n'y a pas plus de scandale à ce que deux chrétiens ne soient pas d'accord qu'avec deux généraux qui sont tous deux loyaux envers le même camp, mais qui ont une compréhension différente de la stratégie ou de la logistique. Ils veulent tous les deux le même résultat, mais ils diffèrent légitimement sur la façon dont ce résultat devrait être obtenu.

Enfin, dans toute situation donnée, il se peut que ce que le Seigneur veut accomplir soit suffisamment complexe pour qu'aucune posture ou politique ne soit suffisante pour l'accomplir.

Quelles sont certaines des questions que nous devrions nous poser lorsque nous nous demandons comment voter?

L'une des questions clés est de savoir ce qui est nécessaire à court terme. On nous encourage souvent à penser à très long terme en politique, mais nous devons aussi tenir compte de la situation immédiate. Où se situe actuellement notre pays, notre province ou notre municipalité? Étant donné qu'il y aura une autre élection dans un avenir relativement proche, un vote doit être envisagé en fonction de la façon dont nous devrons faire avancer notre processus politique au cours des prochaines années. C'est la philosophie qui sous-tend mon propre mode de vote. J'ai examiné les domaines dans lesquels ma circonscription (ainsi que ma région et mon pays) a besoin d'aide, et en particulier les domaines dans lesquels les pauvres et les démunis ont besoin d'aide, et je me suis demandé : « Qui est le mieux placé pour apporter une solution? »

RESSOURCES EN LIGNE

« J'ai trouvé utile d'essayer d'écouter tous ceux que je peux trouver qui semblent bien réfléchir. Je peux apprendre de personnes représentant un large éventail de points de vue, de gauche et de droite, qui sont sincères et intelligentes, même si je ne suis pas nécessairement d'accord avec leur point de vue. »

–John Stackhouse

Le professeur Stackhouse recommande de lire les écrits d'un éventail de ressources en ligne, y compris les suivantes qui représentent des points de vue chrétiens :


STEVEN STUDEBAKER

PROFESSEUR AGRÉGÉ DE THÉOLOGIE SYSTÉMATIQUE ET HISTORIQUE AU MCMASTER DIVINITY COLLEGE

Auteur de A Pentecostal Political Theology for American Renewal: Spirit of the Kingdoms, Citizens of the Cities (Palgrave Macmillan, 2016)


Pourquoi les chrétiens devraient-ils explorer la théologie pour mieux s'engager dans le domaine politique?

La théologie nous aide à comprendre ce que signifie vivre en relation avec Dieu et les autres. Trop de chrétiens voient leur vie uniquement à partir d'une église ou d'un paradigme ecclésial. Les activités spirituelles et ecclésiales définissent leur vie avec Dieu et leur identité chrétienne. Ils considèrent leur vie dans ce monde avec ambivalence au mieux et chagrin au pire. Mais cette façon de penser éloigne les gens de la vie pour laquelle Dieu les a créés.

Quelle devrait être la bonne approche pour l'engagement politique des chrétiens aujourd'hui?

Les chrétiens peuvent parfois être plus soucieux de faire avancer l'une de nos causes morales plutôt que de préserver et de maintenir le système des libertés civiles, politiques et sociales dans notre société. Notre société, bien qu'influencée par une culture chrétienne, a été explicitement établie sur des principes et valeurs politiques, sociaux et civils séculiers. Ce sont de bonnes choses.

Quand les chrétiens pensent à influencer la société, ils doivent penser à préserver la démocratie comme une préoccupation fondamentale. La démocratie occidentale n'est pas parfaite. Mais voudrions-nous la changer pour n'importe quel autre système en place dans le monde d’aujourd'hui?

En tant que chrétiens, nous voulons voir la société refléter les valeurs chrétiennes [afin qu'elle soit] plus apte à nourrir les êtres humains et à manifester l'image divine. Mais cela ne veut pas dire que nous devrions préconiser une théocratie.

Prenons l’exemple de l'éducation publique. Dans la société du XXIe siècle, il est essentiel que les gens aient la possibilité de s'épanouir, d'incarner l'image divine. En tant que chrétiens, nous devrions nous préoccuper des moyens de subsistance des gens, et donc aussi du système d'éducation publique, qui doit produire des gens suffisamment préparés à être des membres productifs de la société. Nous ne pouvons pas prétendre aimer notre prochain comme nous-mêmes si nous ne nous préoccupons pas du sort des gens qui sont créés à l'image divine.

Si vous aviez à proposer un seul principe directeur pour l'engagement politique chrétien, quel serait-il ?

La politique est essentielle à la vie chrétienne. Ce n'est pas un élément superflu. Cela ne veut pas dire que nous devons tous devenir des activistes politiques et des accros de l'information 24 heures sur 24. Mais nous devons nous préoccuper de l'itinérance, de la capacité des autres à s'épanouir, de l'environnement, de beaucoup de choses pour faire de notre monde un monde meilleur.

Nous devrions considérer la politique comme l'une des dimensions de la vie pour laquelle Dieu nous a créés.


MIROSLAV VOLF

PROFESSEUR DE THÉOLOGIE SYSTÉMATIQUE ET DIRECTEUR FONDATEUR DU YALE CENTER FOR FAITH & CULTURE

Auteur de A Public Faith: How Followers of Christ Should Serve the Common Good (Baker, 2013) et co-auteur de Public Faith in Action: How to Think Carefully, Engage Wisely and Vote With Integrity (Baker, 2016)


Dans A Public Faith, vous observez que les membres de tous les groupes religieux veulent que leurs convictions et leurs pratiques façonnent la vie publique. Est-ce là un désir acceptable pour les chrétiens?

C'est plus qu’acceptable, compte tenu de la vision morale que nous avons, il nous incombe de façonner la culture et le monde social dans lequel nous nous trouvons. La question cruciale est de savoir comment cette mise en forme doit se faire.

Par exemple, quel est le rôle de la coercition dans ce façonnement ? Dans quelle mesure devrait-on préconiser le soutien d'une vision particulière dans les dispositions juridiques plus larges de la société ? Ce sont là des questions centrales. La meilleure façon de procéder est de transformer les sensibilités. Mais parfois, la loi est notre maître.

Vous croyez que la foi coercitive est une foi dysfonctionnelle. Comment pouvons-nous nous prémunir contre la foi coercitive dans notre vie privée et publique?

Nous devons mettre l'accent sur la liberté de religion, la liberté de conscience, la séparation de l'Église et de l'État, et ne pas faire de l'État un instrument de réalisation de la vision chrétienne. Lorsque cela se produit, la coercition en est souvent le résultat.

La foi chrétienne est née en tant que communauté marginale et elle fonctionne mieux dans la position de marginalité, qui se définit par l'absence du pouvoir d'imposer sa vision. Il est beaucoup plus important de faire appel au cœur... que d'imposer certaines convictions morales aux récalcitrants.

Quelles devraient être les limites de l'activisme politique d'un chrétien?

Il y a des situations où il est futile d'être actif, des situations où cela implique un trop grand compromis. Je préconise une position ad hoc. Dans certains domaines, nous pouvons être engagés à fond; dans d'autres, partiellement. Les jugements quant au moment et à la façon dont nous intervenons ne peuvent être faits à l'avance d'une situation. Ils sont éclairés par l'ensemble des sensibilités morales que la foi chrétienne[proclame].

Réflexions finales pour les chrétiens canadiens sur la façon dont la théologie devrait éclairer notre engagement politique?

Je dirais d'être courageux et de ne pas penser que le Christ n'est pas pertinent en politique. Après tout, ce que nous sommes appelés à faire, c’est d’exprimer et donner une voix au caractère radical de la vision du Christ.

Agissons dans l'espérance et offrons aux autres le meilleur de nous-mêmes afin que, d'une manière ou d'une autre, nous puissions nous réunir pour créer et profiter tous ensemble d'un monde qui est digne d'être appelé notre chez-soi.

Patricia Paddey, de Mississauga, en Ontario, est une des écrivains principales chez Faith Today.

DES LIVRES SUPPLÉMENTAIRES POUR VOUS AIDER À RÉFLÉCHIR THÉOLOGIQUEMENT À LA POLITIQUE

Moral Man, Immoral Society: A Study in Ethics and Politics par Reinhold Niebuhr (Westminster John Knox Press, 2013 [1932]).

The Mighty and the Almighty: An Essay in Political Theology par Nicholas Wolterstorff (Cambridge University Press, 2012).

The Spiritual City: Theology, Spirituality, and the Urban par Philip Sheldrake (Wiley Blackwell, 2014).

To Change the World: The Irony, Tragedy, and Possibility of Christianity in the Late Modern World par James Davison Hunter (Oxford University Press, 2010).

Note : Ces ressources sont en anglais. Pour ajouter des ressources en français, veuillez envoyer vos suggestions à : [email protected].

Related Articles