Magazines 2018 Nov - Dec Pourquoi les gens cessent de croire

Pourquoi les gens cessent de croire

15 November 2018 , 2018 Nov - Dec By Paul Chamberlain

Et ce que nous pouvons faire à ce sujet

Listen to our podcast
Traduit par François Godbout. Ce texte en anglais.

Il y a quelque temps, j’ai été invité, avec un de mes collègues, à participer à un débat public en ouverture d’une convention athée. On attendait quelques centaines d’athées de partout en Amérique du Nord et même quelques-uns d’outre-mer. Nous devions être jumelés avec deux de leurs membres et, étrangement, je me suis senti honoré d’avoir été invité. Nous avons accepté volontiers et nous avons commencé à nous préparer.

Lors de la conférence, il est devenu évident que la plupart des gens n’étaient pas seulement athées, mais aussi d’anciens membres d’un groupe religieux dont ils avaient été « libérés ». Ils célébraient maintenant leur nouveau statut d’athées libérés. Le thème de la conférence était Imagine No Religion. L’un des protagonistes avec lequel nous avons échangé était un ancien baptiste du Sud qui s’était préparé pour le ministère, l’autre avait été un enfant de chœur catholique. Il y avait d’anciens Témoins de Jéhovah, des mormons, des musulmans et d’autres personnes du même acabit parmi les participants.

Cet événement est un exemple parmi tant d’autres que quelque chose de différent se passe dans le monde de la foi et de la religion. Il y a un nouveau type de sceptique passionné, un sceptique qui, dans le passé, était un membre dévot et adorateur d’une communauté de foi. Certains ont même été des leaders dans la communauté chrétienne, pasteurs, professeurs, théologiens, auteurs, implantateurs d’églises et étudiants en théologie.

Cet exode de la communauté chrétienne est soutenu par un nombre croissant d’organisations, généralement basées sur Internet, qui se consacrent à les aider et à les encourager dans leur cheminement loin de la foi. Un exemple en est le Clergy Project, une organisation créée en 2011 « pour fournir un refuge sûr de communauté en ligne protégée et anonyme pour les professionnels religieux anciens et actifs qui n’ont plus de croyances dans le surnaturel » (www.ClergyProject.org). Un autre s’appelle Christians Anonymous, « une ressource pour les chrétiens en rétablissement ».

Vous avez peut-être rencontré des sceptiques comme ça. Si c’est le cas, vous saurez que leur conception du christianisme est différente de celle d’autres sceptiques qui n’ont peut-être jamais fait partie intégrante d’une église. Vos conversations avec eux ne seront pas dans le même ordre d’idées. Les gens comme eux n’ont pas besoin qu’on leur dise ce que c’est que d’être chrétien parce qu’ils l’ont déjà été. Ils priaient et adoraient comme n’importe quel autre chrétien.

Dans certains cas, ils connaissent leur Bible, leur théologie et leur histoire du christianisme mieux que le chrétien moyen. La façon dont ils formulent leurs objections contre le christianisme implique souvent des stratégies argumentatives différentes de celles auxquelles la plupart des chrétiens sont préparés, et ils sont bien conscients des réponses typiques que les chrétiens sont susceptibles de donner (puisqu’ils ont déjà utilisé les mêmes réponses eux-mêmes). De plus, on leur accorde souvent une crédibilité particulière dans notre culture parce que, contrairement à la plupart des autres critiques, ils faisaient autrefois partie du groupe qu’ils critiquent maintenant.

illustration drawing
 

Quel genre de chrétiens s’éloigne de la foi ?

Peut-être vous êtes-vous demandé comment quelqu’un pouvait s’éloigner de la foi chrétienne. Connaissaient-ils vraiment le Dieu qui est devenu l’un de nous pour que nous puissions nous réconcilier avec Lui et les uns avec les autres ? Comment peut-on tourner le dos à tout ça?

En fait, il n’y a rien de vraiment nouveau dans ce phénomène. Paul lui-même a écrit dans le Nouveau Testament à propos de deux hommes, Hyménée et Alexandre, qui, selon ses paroles, avaient « fait naufrage par rapport à la foi » (1 Timothée 1:20).

Plus vous lisez de telles histoires contemporaines, plus il devient difficile d’établir des catégories bien organisées pour les personnes qui quittent la foi. Certains parlent d’une expérience négative traumatisante qu’ils ont vécue, ou d’une série de telles expériences. Pour d’autres, ce sont des membres de la communauté chrétienne qui les ont laissé tomber. Dans certains cas, il y a eu un échec moral couplé à la difficulté de trouver une acceptation renouvelée parmi les anciens amis et collègues chrétiens. D’autres encore parlent de questions non résolues et déroutantes au sujet de certains enseignements chrétiens qui ont ébranlé leur confiance dans la vérité du christianisme.

La liste des possibilités ici est longue et comprend des questions telles que la présence de variantes textuelles dans les manuscrits bibliques, les divergences entre les évangiles synoptiques, les actions sévères du Dieu de l’Ancien Testament, la morale sexuelle biblique, les allégations de miracles, les déclarations bibliques concernant les origines de la terre, et la prétendue incohérence du concept de Dieu, pour n’en nommer que quelques-unes.

Quand vous regardez le parcours de ces anciens leaders chrétiens, vous voyez une variété de causes et de facteurs de motivation, et généralement une combinaison de ces facteurs.

Matt Dillahunty, selon ses propres mots, a été élevé dans une famille baptiste aimante du Sud. Jeune homme, il entreprit de réaffirmer sa foi en lançant le projet de s’inscrire à un séminaire théologique et de se préparer au ministère. Mais après avoir enquêté sur une série de sujets, il affirme que sa foi a été affaiblie et finalement détruite. Comme il le dit, son étude de la philosophie, de la science et d’autres disciplines académiques a aidé à « libérer son esprit des chaînes de la religion ». Il dirige maintenant la communauté athée d’Austin, au Texas, en tant que porte-parole éloquent de ses opinions. Il joue un rôle de premier plan dans les rassemblements publics d’athées à travers l’Amérique du Nord et sur divers sites Internet.

Quand il était encore jeune homme, John Loftus a commencé à lire la Bible sans esprit critique, comme il le dit maintenant. Tout lui paraissait si réel et finalement sa « vie a été radicalement changée ». Il a commencé à chercher des occasions de parler de Jésus aux gens, allant même jusqu’à faire de l’auto-stop dans le but de témoigner à tous ceux qui le prenaient à bord. Je pense qu’il a fait honte à la plupart des chrétiens pour ce qui est de sa passion et de son zèle pour Jésus. Il a ensuite obtenu des diplômes de MA, MDiv et ThM dans des écoles évangéliques. Il a ensuite étudié la philosophie au niveau du doctorat et enseigne actuellement la philosophie.

Aujourd’hui, il chante un air différent. Il a écrit un livre étoffé et bien approuvé (Why I Became an Atheist, Prometheus Books, 2008) décrivant son cheminement vers l’athéisme et exposant ses raisons de rejeter la foi. Il tient également un blog visant à « déboulonner le christianisme » et a mis sur pied une équipe de blogueurs. Prétendant « vivre sa vie jusqu’au bout », il affirme que son souhait est que tous ceux qui lisent ses écrits puissent vivre la liberté qu’il a trouvée.

drawing

Bart Ehrman est actuellement directeur du département d’études religieuses d’une université américaine bien connue. En tant que chrétien dévoué, il a fréquenté, dans sa jeunesse, un important collège biblique et un collège chrétien très respecté, mais il a finalement rejeté la foi. Au cours de ses années comme un étudiant diplômé, il a commencé à éprouver des difficultés avec certains passages des textes bibliques, difficultés qui n’ont jamais été résolues à sa satisfaction. Avec le temps, sa confiance dans la Bible s’est évaporée et sa foi a fini par s’effondrer.

Nous pouvons probablement tous nommer des gens qui nous tiennent à cœur et qui correspondent au profil de quelqu’un qui croyait autrefois et qui se considère maintenant comme athée.

Est-il possible d’avoir un engagement productif avec eux?

Quelle est la meilleure façon d’entamer un dialogue productif avec quelqu’un qui s’est détourné de la foi? Nous devrions commencer par prier pour que ceux qui n’ont plus de foi dans leur cœur. N’oublions jamais qu’ils ne sont pas l’ennemi. Dieu ne les aime pas moins, et nous ne devrions pas non plus les aimer moins. Nous pouvons nous lier d’amitié avec eux.

Deuxièmement, quelque part dans notre discussion, il est utile de poser la question la plus fondamentale de toutes, à savoir ce qu’ils rejetaient exactement lorsqu’ils sont partis? Ensuite, nous devons les encourager à partager pleinement leurs histoires tout en freinant nos impulsions naturelles à interrompre et à corriger. Avis aux intéressés - il ne vous sera pas nécessairement facile de vous retenir. Leurs réponses peuvent être personnelles, émotionnelles ou intellectuelles, mais il n’y a rien à gagner à éviter d’aller au fond du problème. Notre tâche numéro un à ce stade-ci est d’écouter.

Troisièmement, surprenons ces gens avec notre grâce et notre amour. Je dis surprise parce qu’en tant que chrétiens, nous n’avons tout simplement pas le meilleur dossier sur ce plan, que ce soit dans nos relations avec nos propres frères et sœurs, ou avec les gens de l’extérieur. Dans certains cas, comme nous l’avons déjà mentionné, c’est précisément la perception d’un manque d’amour et d’acceptation quand ils en avaient vraiment besoin qui a contribué à leur départ.

Chris, un de mes étudiants, passe beaucoup de temps à interagir avec des missionnaires mormons. Il a récemment commenté que leur expérience avec les chrétiens évangéliques est qu’ils sont traités avec inimitié, voire hostilité, jour après jour. Au moment où ils approchent la fin de leurs deux années de service, la plupart considèrent les évangéliques comme des gens hostiles.

Comme Chris l’a dit, si les chrétiens aimaient simplement ces missionnaires mormons, il serait plus facile pour des gens comme lui d’avoir des conversations productives avec eux plus tard. J’ai reçu le même commentaire dans ma propre interaction avec de jeunes missionnaires mormons.

L’antidote est clair comme de l’eau de roche, qu’il s’agisse de nos propres frères et sœurs ou de gens de l’extérieur : « Aime ton prochain comme toi-même » et « Fais aux autres ce que tu veux qu’ils te fassent ».

Quatrièmement, préparons-nous à entamer un dialogue significatif avec nos frères et sœurs qui se sont détournés de la foi. Nous pouvons tous avancer d’une ou deux étapes dans notre compréhension de leurs cheminements et des raisons qu’ils nous donnent pour expliquer leur départ. Certains d’entre nous, bien sûr, peuvent aller plus loin et étudier ces questions en profondeur pour apporter l’aide dont la communauté chrétienne a tant besoin. L’apôtre Pierre nous appelle à « toujours être prêts à donner une raison », mais c’est d’autant plus urgent de nos jours. Nous dialoguons avec eux, non seulement pour partager notre foi, mais aussi pour la conserver.

Cinquièmement, ceux qui prêchent à nos congrégations semaine après semaine doivent toujours faire la distinction entre le texte infaillible à partir duquel ils prêchent et leur propre interprétation de celui-ci. Le théologien J. I. Packer a dit un jour à ses étudiants que s’il croyait en un texte infaillible, il ne croyait en aucune façon à une interprétation humaine infaillible. Nous devons encourager ceux qui entendent notre prédication à examiner et à remettre en question nos enseignements, tout comme les chrétiens de Bérée dans Actes 17 ont été félicités pour avoir agi ainsi envers l’apôtre Paul.

La culture chrétienne devrait être une culture qui encourage la réflexion et le questionnement. Quand cela s’est produit à Bérée, d’autres sont venus à la foi.

C’est particulièrement important dans notre façon de traiter les enseignements chrétiens secondaires non essentiels lorsqu’il existe un désaccord légitime entre les érudits chrétiens qui ont une haute opinion de la Bible. Il est légitime de développer et d’avoir des points de vue arrêtés sur ces questions secondaires, mais si nous prêchons nos points de vue sur ces questions avec le même niveau de certitude que nous donnons aux doctrines chrétiennes historiques essentielles, nous pouvons sans le vouloir transmettre le message qu’être chrétien exige un engagement, non seulement aux enseignements historiques essentiels, mais aussi à nos propres vues particulières sur des questions secondaires.

Par inférence, on peut dire que nous les avons placées sur le même pied. Cela peut avoir un effet dévastateur sur les gens de nos églises qui réfléchissent et s’interrogent et qui découvrent des arguments soutenant un point de vue différent sur une question secondaire. Ces personnes peuvent se trouver dans la position intenable d’avoir à décider entre mettre de côté leurs questions ou, tragiquement, se sentir obligés de se détourner complètement de la foi.

La Bible et la tradition chrétienne ont une longue histoire pour nous encourager à penser et à raisonner, et à ne pas croire les idées qui vont à l’encontre des faits. Étonnamment, le christianisme est prêt à parier tout son message sur un moment historique - la résurrection de Jésus d’entre les morts - et à inviter le monde entier à examiner si cela s’est vraiment produit. Si ce n’est pas le cas, même saint Paul écrit que le message chrétien est une fausse espérance et que nous devrions nous en défaire (1 Corinthiens 15).

drawing

Enfin, nous ne devons pas perdre espoir quand nous considérons les personnes qui se sont détournées de la foi. Comme nous le rappelait mon ancien professeur John Woodbridge, historien chrétien renommé et lui-même ancien athée, dans un article paru en février 2018 dans ChristianityToday.com, nous devons « annuler le mythe séculier largement répandu selon lequel l’athéisme est l’aboutissement intellectuel inévitable de toute personne sérieuse et instruite ».

Woodbridge souligne que la liste des érudits chrétiens qui ont déjà été athées est longue et impressionnante. Elle comprend les noms de C. S. Lewis, John Warwick Montgomery (apologiste et historien d’église), Kenneth S. Kantzer (théologien et éditeur de Christianity Today), Carl F. H. Henry (théologien et éditeur de Christianity Today) et Alister McGrath (scientifique et théologien).

Woodbridge note également que ces penseurs, et beaucoup d’autres, sont passés de l’incrédulité à la foi non pas en dépit de leur étude intellectuelle, mais à la suite de celle-ci. Et leur travail peut fournir de précieux aperçus apologétiques sur certaines des questions difficiles qu’ils ont été forcés de se poser pour en arriver à la foi.


head phone

Écoutez notre entrevue [en anglais] avec Paul Chamberlain à www.TheEFC.ca/Podcasts.


Paul Chamberlain est directeur de l'Institut d'apologétique chrétienne de l'Université Trinity Western à Langley, en Colombie-Britannique, et professeur d'apologétique, de culture et de christianisme, d'éthique et de philosophie religieuse. Son dernier livre est Why People Stop Believing (Cascade/Wipf & Stock, 2018).

FT ON THE GO

Nous pensons que cet article serait parfait pour discuter avec votre petit groupe ou votre étude biblique. Nous vous encourageons à en faire des copies et à lancer une brève discussion à l'aide de ces questions. Pour partager électroniquement, dirigez simplement les membres du groupe vers www.FaithToday.ca/WhyPeopleStopBelieving. Faites-nous savoir comment ça se passe!

  • Avez-vous été surpris par des chrétiens qui se sont détournés de la foi?
  • Paul Chamberlain suggère que nous surprenions ces amis avec notre grâce et notre amour. Que répondez-vous à cette suggestion?
  • Comment les églises peuvent-elles faire un meilleur travail en encourageant le questionnement et le partage de doutes honnêtes dans la foi?
 

Related Articles